PROCHAINES MANIFESTATIONS
    du 21 au 27 mai

Bernard EMERY

Émerveillé et inspiré par les variations de grandes œuvres musicales, j’ai peint une série de tableaux en espérant faire entendre «la musique» de la peinture. En effet, la poésie et la musique s’invitent dans tous les arts et sont inhérents à une communication intime entre créateurs et amateurs de beauté. C’est pourquoi il me semble possible de présenter cette exposition sous le titre de “variations”.

    du 28 mai au 3 juin

Denys Charles ANGOT

En toute liberté depuis mon enfance, j’ai considéré l’art comme un deuxième langage. Loin de toute empreinte académique, j’ai utilisé cette écriture pour donner à vivre la matière et mes pensées. Progressivement, l’alchimie est devenue technique. Une vision onirique de l’univers, de l’infiniment petit comme de l’infiniment grand. Mes créations sont de petites fenêtres sur l’ailleurs, des invitations à explorer le néant, à l’interpréter d’après ses caractéristiques cosmiques.

    du 4 au 10 juin

Jacqueline PASERO

Sa peinture est figurative et contemporaine. L’attitude d’un enfant, d’un personnage, est toujours le point de départ d’un tableau. Puis l’atmosphère s’installe et la lumière, primordiale ! L’artiste est certainement influencée par les impressionnistes Féminins, mais également par les peintres américains contemporains, pour leur cadrage tournant le dos aux règles établies.

    du 11 au 17 juin

Serge AMARGER

L’émotion est sans cesse à fleur de peau, presque tactile. Mes œuvres sont des tableaux sculptures. Chaque grain de sable, plaque de métal, le moindre tissu ou morceau de carton renvoie la lumière ou l’emprisonne dans ses méandres. Alors la couleur change d’intensité selon la matière travaillée. Les écritures traversent les tableaux comme un langage onirique, tel un livre inachevé que le spectateur continuera de lire… L’abstraction poétique, tel pourrait être mon univers.

    du 18 au 24 juin

Nicolas PONCEY

Des traits peints, gravés, dessinés qui se font signe, parfois écriture. Ils forment une sorte de trame qui se poursuit jour après jour sur des supports variés. Trame du quotidien tissée par la répétition d’un même trait ponctuant le temps présent. Les traits sont animés par le rythme d’une respiration sans cesse recommencée et prennent sens par leur régularité et la fidélité de leur tracé.

    du 25 juin au 1er juillet

Patrice TABAR-NOUVAL

Artiste peintre professionnel, exposant régulièrement à Paris et en province (notamment à l’église de Port-Bail). Sculpter la lumière de sorte qu’elle soit l’émanation d’une pensée ou plus précisément de sentiments profonds. Faire que la vie palpite sur chaque centimètre peint sans savoir s’il s’agit de l’avènement d’un monde de lumière ou sa dissolution possible dans la nuit.

    du 2 au 8 juillet

Jérôme BOUSCARAT

Portraitiste atypique, ses tableaux sont un mélange de folie douce, d’humour noir et de références classiques. Visages de femmes et d’hommes agrémentés de détails étranges, marquises et soldats à tête d’oiseau, personnages masqués. L’artiste aime faire dialoguer les époques, les styles. Il évoque aussi bien la peinture académique et religieuse des XVIème et XVIIème siècles que l’art populaire.

    du 9 au 15 juillet

Christelle HERVIEU

Lignes d’horizon comme des visions floues d’oasis, traces de cartes anciennes et autres fragments imprimés, évocations de madones et des matières incrustées, les œuvres de Christelle Hervieu sont toujours basées autour du questionnement presque freudien et de la spiritualité.

    du 16 au 29 juillet

Benjamin CARBONNE

Prenant appui sur l’étude plastique de l’Homme, Benjamin Carbonne peint l’histoire de ses personnages sans compromis. Ses recherches sur la relation entre peinture, dessin et photographie l’ont mené vers l’étude de la condition humaine. Le visage et ses différentes expressions, tout d’abord, sa topographie, ses origines. Un travail sur le portrait comme une interprétation d’un contexte de vie, d’un univers, d’un paysage. Le corps humain, son anatomie, ses transformations, son mouvement, l’instant d’une course, un moment de son existence et par sa seule représentation, entrevoir une vie dans son ensemble. Un état de transition ; immobile ou en marche, le corps évolue sur l’axe du temps.

    du 16 au 29 juillet

Laurent JÉGONDAY

Le zinc, matériau emblématique de l’ère industrielle, est ici détourné de son usage traditionnel de couverture. Sa chaleur et sa sobriété se conjuguent en une œuvre dépouillée et contemporaine, souvent d’inspiration marine… Sculptures, œuvres murales, luminaires, objets de décoration…

   création du site © artetartistes.com